Dépendance : Avertissement contre les jeux vidéo et les écrans

addiction jeux videos
Par défaut

 

Dans sa version sur les addictions, le CESE (Conseil économique, social et environnemental) déplore l’utilisation abusive des jeux vidéo ainsi que des écrans et demande avec insistance une meilleure considération de la part de l’État. Selon les statistiques de l’OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies) de l’année dernière, les adolescents sont les plus touchés à raison de 5%, soit une moyenne de 3 enfants par classe. Cette pratique touche également 1 à 2% de l’ensemble de la population.

Le CESE affirme que ce n’est pas l’utilisation à outrance des jeux vidéo et écrans en eux-mêmes qui constitue une addiction, mais ce sont surtout la recherche d’une satisfaction et/ou d’un plaisir immédiat ainsi que les sentiments d’isolation et d’exclusion.

Plus les jeux sont récurrents, entrainant dans un monde virtuel et favorisant une action en réseau, plus ils sont dangereux. Le CESE remarque aussi que la dépendance dépend aussi de la vulnérabilité du joueur.

Deuxième raison pour consulter un médecin

Le tabac reste la première substance la plus addictive avec un taux de dépendance de 32%. La morphine, les stupéfiants et l’alcool suivent derrière. Les jeux vidéo sont classés après le cannabis certes, mais au même niveau que le tabac et l’alcool en matière de critère de consultation médicale. C’est la raison pour laquelle il y a lieu de faire une estimation des jeux considérés comme très addictifs et de faire une installation de signalétique.

Face au ravage que causent le tabagisme et l’alcool, faisant respectivement 70 000 et 50 000 morts par an, le CESE recommande de consolider l’inspection des politiques de vente utilisées par les fabricants et les actions de pression au niveau de la Chambre notamment sur la fonction du registre public des autorités concernées.

En ce qui concerne le cannabis, testé par un adulte sur trois en France, le Conseil mentionne que malgré une politique sévère, son taux annuel de consommation est estimé à plus de 8% dans la tranche d’âge 15-65 ans, une proportion considérée comme la plus élevée dans toute l’Europe.

Laisser un commentaire