Les jeux vidéo : trop antiféministes pour les femmes

gamers femme
Par défaut

Depuis quelques années, de nombreuses femmes se sont transformées en de vraies gameuses. Toutefois, cette industrie est encore plus sollicitée par les hommes que pour les femmes. Plusieurs amateurs de jeux vidéo demandent à ce que les règles antiféministes soient modifiées, dans une pratique où les femmes augmentent de jour en jour.

Les nombreuses attaques au vitriol à l’encontre des conceptrices de jeux vidéo ont fait le sujet d’un débat lors de La Game Developers Conference, à San Francisco. Pendant une conférence sur le harcèlement dans le milieu des jeux vidéo, Elizabeth Sampat, une développeuse a expliqué qu’on ne nous reconnaît pas tant qu’on n’élève pas le ton pour se défendre sur le fait qu’on soit une personne marginalisée. L’année dernière, l’affaire Zoe Quinn dite le GamerGate a fait date dans cette communauté en ligne. À l’origine, l’objectif était de prouver qu’il y avait des journalistes corrompus dans de domaine des jeux vidéo. Toutefois, cette campagne s’est retournée contre la développeuse indépendante Zoe Quinn. Son ancien petit ami l’a accusé d’avoir tiré profit de sa relation avec un journaliste du site de référence en la matière (Kotaku), pour promouvoir ses jeux.

Elle a préféré déménager après le flot d’attaques anonymes dont elle a reçu, notamment des menaces de viol, de meurtre ou encore de mutilation. Elle a aussi déclaré que si le +GamerGate+ était une bombe atomique, alors celle-ci serait tombée sur elle. D’après une étude faite l’année dernière, 22 % des employés dans ce secteur sont des femmes, et elles étaient de 7 % il y a cinq ans.

Cette même étude a dévoilé que 49 % des joueurs étaient des femmes. Kate Edwards, présidente de l’association qui a établi l’étude a affirme craindre que la présence des femmes dans ce milieu soit un problème pour beaucoup de gens. Aussi, elle a dit de certaines femmes sont fatiguées de cette situation et pensent à quitter ce milieu.

Hausse du nombre des joueuses avec l’augmentation du nombre des développeuses

Selon cette association, les femmes entre 30 et 40 ans font la part de majorité, comparé au nombre d’adolescents aux manettes. Les jeux pour tuer le temps comme Candy Crash sont en hausse sur les portables et les tablettes, et sont très recherchés par les femmes. Elles s’adonnent maintenant aux jeux de guerre et d’actions pour défier les poids lourds. Comme l’a annoncé Kate Edwards, le secteur des jeux vidéo s’est transformé de manière spectaculaire. Elle présume que ce sont des adolescents ayant peur que les femmes puissent être mieux qu’eux dans leurs mondes imaginaires. En ce qui concerne l’affaire Zoe Quinn, elle a déclaré que ne n’était que du paroxysme de tensions qui s’accentuaient depuis des années dans le milieu, et que ce n’était pas le fruit d’un raisonnement rationnel et normal. En poursuivant, elle a dit qu’ils avaient vraiment peur qu’une femme arrive et déstructure les règles du jeu.

Elle est persuadé que les Shoot’em up ne soient pas menacés par cette évolution, mais cette dernière va avantager la diversité. Les portables embarqueront toujours un espace pour les jeux d’actions et les jeux d’une minute. Alors plus il y aura de développeuses dans le milieu, plus le nombre des joueuses augmentera. Confiante, Jenna Hoffstein, la fondatrice du studio Little Worlds Interactive a conclu que le progrès avance de mieux en mieux malgré le fait que beaucoup d’efforts soient à faire.

Laisser un commentaire